Étude de cas, analyse de transaction :

Je vous propose cette semaine une étude de cas à partir d’un exemple de la vie courante  afin de montrer comment l’analyse des transactions peut vous aider à trouver des issues aux jeux psychologiques.

Imaginons la scène suivante :

Un collègue de travail vous interpelle avec virulence : « N’as-tu pas vu que ce dossier traîne depuis …? ».

Commençons par nous interroger sur les États du Moi dont émane cette question ?

« N’as-tu pas vu que ce dossier traîne depuis …? »  Cette phrase ressemble à une demande d’information, nous pourrions donc en déduire qu’elle provient de l’adulte. Cela serait vrai s’il n’y avait le ton virulent qui accompagne la question. Cette phrase, prononcée sèchement et avec un caractère virulent provient en réalité du Parent Critique.  Elle contient un sens social : « as-tu vu que… ? »  et un sens psychologique : «  tu aurais quand même pu ranger  ce dossier depuis longtemps. ».

Dans ce cas de figure, la loi de communication édictée par Eric Berne, nous dit que le niveau psychologique (le sens caché) est le plus important et que c’est lui qui va déterminer la suite des transactions.

Concrètement qu’est-ce que cela veut dire ?

Cela signifie que les transactions suivantes vont prioritairement répondre au message caché, c’est-à-dire ici au reproche déguisé, plutôt qu’au message social.

Ainsi il est probable que la réponse suivante ressemble à quelque chose du style : « Oui… et alors… (Sous-entendu : tu m’emmerdes) », ou bien « Tu n’as qu’à le ranger toi-même ce dossier…. ».  Ce type de réponse entraînera presque à coup sûr une dispute, un désaccord, …  Ce sera le début d’un jeu psychologique.

Imaginons une autre suite au dialogue.

Trois options au moins s’offrent à nous dans ce cas de figure :

  • La réponse de type Parent : « Tu n’as aucune autorité à me donner des ordres ». Cette réponse qui choisit de s’adresser directement au message caché, en ignorant (consciemment ou non) le message social, risque de provoquer une montée en puissance de l’interlocuteur.
  • Celle du type adulte : «  oui, j’ai vu… ». Ici,  nous faisons le choix de répondre au message social  en ignorant le message psychologique. Cette réponse présente l’avantage de ne pas mettre d’huile sur le feu et donc de ne pas déclencher de jeux psychologiques, mais elle ne répond pas réellement à la demande cachée de l’autre. On peut donc s’attendre à ce que celui-ci réitère son attaque.
  • Celle de l’Enfant : «  oui, je sais, je la rangerai quand j’aurai du temps (Enfant Rebelle) ou je vais la ranger de suite (Enfant soumis). Avec des messages émanant de l’Enfant,  le message sous entendu est pris en compte mais je me soumets au dictat de l’autre.  Je vais ici me sentir mal et ce n’est pas la garantie que je  sortirai du jeu psychologique.

La meilleure réponse est donc probablement celle qui émane de l’État du Moi Adulte.

Dans cet article, je vous ai montré comment il est possible d’utiliser la théorie des transactions et celle des États du Moi pour trouver des réponses concrètes à des situations de la vie courante.

Je propose à ceux qui le souhaitent de me laisser dans les commentaires ci-dessous quelques autres exemples de situations  qui vous ont posé problème et qui pourraient faire l’objet de prochaines études de cas.

Merci d’avance pour votre participation.