Accepter les autres tels qu’ils sont ?

C’est la question posée ce mois-ci par Jonathan du blog Méditer pour être heureux, dans le cadre de la 55ème édition du festival à la croisée des blogs, dont vous trouverez l’article de lancement ici.

Accepter l’autre, voilà un thème cher à Éric BERNE, le père fondateur de l’analyse transactionnelle puisqu’il a développé un pan entier de sa théorie sur ce sujet au travers de l’idée d’Okness et de l’outil de « l’enclos d’Okness » ou de « position de vie ».

Le terme d’OKness est une francisation qui vient du terme Américain « to be Ok » qui signifie « d’accord ». L’idée de Berne est que tous les êtres humains sont égaux et que l’échange entre deux ou plusieurs humains se déroule mieux à partir du moment où chacun se positionne en vérité dans la relation et y accueille l’autre tel qu’il est.

Il faut traduire le terme je suis Ok par « je suis quelqu’un de bien ».

L’analyse transactionnelle postule qu’il existe quatre façons de se situer par rapport aux autres :

  1. Je suis quelqu’un de bien (Je suis Ok), et je te considère comme quelqu’un de bien (Tu es OK), que Berne propose comme la position idéale pour aller de l’avant avec les autres.
  2. Je suis quelqu’un de bien, mais tu n’es pas quelqu’un de bien (OK+/OK-), c’est une position de dévalorisation des autres que je vais donc fuir.
  3. Je ne suis pas quelqu’un de bien, mais tu es quelqu’un de bien (OK-/OK+), dans cette position, je me vis comme n’étant pas à la hauteur.
  4. Je ne suis pas quelqu’un de bien et tu n’es pas non plus quelqu’un de bien (OK-/OK-), c’est la posture d’impasse, puisqu’elle conduit à refuser tout espoir et à ne pas faire confiance, ni à soi-même, ni aux autres.

L’enclos d’okness est un outil mis au point par l’un des successeurs de Berne : Franklin Ernst qui reprend ces quatre positionnements dans un tableau qu’il a mis au point en 1978.

Enclos d'Okness

À partir de cet outil, je peux m’interroger à la fois sur ma position dans la relation, et sur celle de l’autre afin de développer quatre attitudes de base lorsque je suis en relation avec lui :

Quand je m’accepte tel que je suis et que j’accepte l’autre, je suis dans la position de réussite relationnelle. Je peux alors développer une relation du type gagnant-gagnant et aller de l’avant, résoudre des problèmes, construire une relation harmonieuse et solide.

Lorsque je me sens attaqué ou en situation difficile face à l’autre je vais avoir tendance à développer une attitude défensive. Elles sont au nombre de deux :

  • L’attitude dépressive qui veut que j’aie du mal à m’accepter tel que je suis, mais que j’accepte l’autre. Dans cette position, j’aurai tendance à me soumettre et à m’effacer dans la relation. Cette position s’accompagne souvent d’émotions telles que la culpabilité, la peur, la honte, l’admiration…
  • Dans l’autre position, celle de l’arrogance ou de la supériorité, je vais avoir tendance à dominer la relation et l’autre. Cette position s’accompagne d’émotions comme le mépris, la pitié, la révolte et même parfois la haine.

Enfin, dans la position dite désespérée, je ne puis plus, ni m’accepter comme je suis, ni accepter l’autre, c’est pourquoi je sombre dans la tristesse, le désespoir, la dérision ou l’indifférence.

Comment passer d’une position de défense (-/- ; +/- ou -/+) à une position de réussite (+/+) ?

La première chose à faire est que me questionner sur la dynamique dans laquelle je suis maintenant. Pourquoi suis-je en position de défense ? Est-ce que je fais une confusion entre le faire (le conditionnel) et l’Être (l’inconditionnel) ?

Je peux aussi anticiper et repérer où sont mes limites afin de mieux comprendre ce que l’autre attend de moi, là où j’ai besoin d’aide, etc.

Pour passer en position +/+, je peux aussi apprendre à :

  • Exprimer les émotions avec lesquelles je suis en contact,
  • Rechercher une stimulation inconditionnelle (Au niveau de mon Être),
  • Brancher mon État du Moi Adulte afin d’apprendre à regarder ce qui se passe ici et maintenant,
  • Etc.

Dans cet article, j’ai souhaité vous montrer comment l’analyse transactionnelle permet de réfléchir et de répondre à la question : « Comment faites-vous pour accepter les autres tels qu’ils sont ? » et je rajouterai également : «comment faire pour m’accepter tel que je suis ». Nous avons vu en effet que ces deux questions sont intimement liées l’une à l’autre et que cette question est une question relationnelle.

Indiquez-moi dans les commentaires ci-dessous comment cet article vous aide à mieux accepter les autres :