Vers une reconnaissance du burn out

L’inscription du Burn out au tableau des maladies professionnelles reconnues par la sécurité sociale (Art L 461-1 du Code de la Sécurité Sociale) est réclamée depuis longtemps par les professionnels de la prise en charge des salariés en souffrance au travail.

Qu’est ce qu’un maladie « professionnelle » ?

Une maladie sera reconnue comme « professionnelle » si elle est la conséquence directe de l’exposition d’un travailleur à un risque ou bien qu’elle est la conséquence de ces conditions de travail.

Pourquoi cette reconnaissance est elle importante ?

Cette reconnaissance est importante pour plusieurs raisons :

D’abord parce qu’elle permet une indemnisation du professionnel touché par une maladie professionnelle par la sécurité sociale, mais aussi parce que cette reconnaissance implique un véritable suivi de l’évolution de la maladie par l’État.

Cette reconnaissance implique également un enjeu lié à l’amélioration de la qualité de vie au travail. La mission première de VRPS Consulting est enraciné dans la croyance que tout travailleur à droit à un travail épanouissant et respectant sa santé physique et mentale. C’est pourquoi je me joint à la demande du cabinet Technologia pour réclamer l’inscription du burn-out aux tableaux des maladies professionnelles reconnues par la sécurité sociale.

J’ai également la conviction profonde que la rentabilité et la crédibilité des entreprises compétitives de demain s’enracineront dans leur capacité à respecter leur capital humain. Je pense en effet que ce capital est la première richesse des entreprises et leur plus grand trésor.

Aujourd’hui par exemple, faute de cette reconnaissance, il n’existe pas encore de statistiques fiables sur l’évolution du syndrome d’épuisement professionnel, ou burn-out.

Bonne nouvelle pour les travailleurs touchés

Le Ministère du travail vient de mettre en place un groupe de travail qui a justement pour mission de « clarifier ce que recouvre le Burn out », ainsi que de faire des recommandations dans le but de prévenir l’apparition du symptôme dans les entreprises.

La création de ce groupe de travail est une bonne nouvelle, car il s’agit d’un premier pas vers la reconnaissance de ce syndrome comme maladie professionnelle, mais il ne faut pas se leurrer, le chemin sera encore long avant d’y parvenir.

Qui est principalement touché par le Burn out ?

D’après une étude réalisée par le Cabinet Technologia (l’un des acteurs français actifs dans la prévention des risques psychosociaux) le nombre de professionnels potentiellement en danger de burn-out est estimé à plus de trois millions de personnes en France.

Parmi les professions les plus à risque figurent en bonne place les agriculteurs, les artisans, les commerçants, les chefs d’entreprises, les professionnels de santé et les cadres.

Le syndrome d’épuisement professionnel atteindra plus facilement les personnes investies dans leur travail ou qui accordent à celui-ci une place prépondérante dans leur vie.

Conclusion

La reconnaissance du Burn-out aux tableaux des maladies professionnelles reconnues par la sécurité sociale (Art L 461-1 du Code de la Sécurité Sociale) n’est aujourd’hui pas acquise.

Il convient de saluer le premier pas, posé par le Ministère du Travail avec la création d’un groupe de travail dont la mission sera de « clarifier ce que recouvre le Burn out », et d’être force de recommandations pour la prévention du risque de Burn out. Mais il convient également d’être prudent, car la route sera encore longue avant que cette maladie soit enfin reconnue comme « professionnelle ».

Pierre COCHETEUX, partenaire de votre bien-être au travail.