À l’approche de la prochaine période estivale, je souhaite partager avec vous un sujet  beaucoup plus ludique que ceux développés dans mes précédents posts.  C’est pourquoi je vous propose d’embarquer avec moi pour des « aventures » transactionnalistes au pays d’Hergé.

De nombreux auteurs ont démontré que l’œuvre Hergéienne contient en filigrane des vingt-quatre albums écrits par Georges Rémi bien plus que la simple histoire du petit reporter bruxellois. Il est aujourd’hui devenu une évidence qu’au travers des albums de Tintin transpirent la personnalité, les quêtes personnelles et comme l’a brillamment démontré Serge Tisseron les secrets de famille de son auteur. Qui ne s’est jamais interrogé  sur la raison pour laquelle Dupont et Dupond, bien qu’ils ressemblent en de nombreux points à des frères jumeaux, portent un nom différent ? Ou pourquoi le seul personnage féminin de la série est une chanteuse d’opéra ?

Le propos de cet article n’est pas de refaire l’analyse de Tisseron sur les secrets d’Hergé, ni de dévoiler les témoignages symboliques cachés, parsemés par Remi au travers de son œuvre. Mon propos ici sera de proposer, au travers de quelques-uns des personnages Hergéiens  ou de quelques situations vécues par Tintin et ses acolytes, deux outils de l’analyse transactionnelle.

Si l’on omet l’album « Tintin au pays des soviets », qu’Hergé lui-même a refusé très longtemps d’intégrer à l’ensemble des albums des « aventures », on peut considérer que les voyages de Tintin débutent ainsi :

« Au revoir mon cher Tintin. Bon voyage et bonne chance ! –  Il paraît que c’est un jeune reporter qui part pour l’Afrique… Oui, j’en avais assez de mener une petite vie monotone. Alors j’ai décidé d’aller chasser le lion… Wouah ! Wouah ! Au revoir ! A bientôt  ! »

Ainsi donc dans la troisième vignette de « Tintin au Congo » l’on peut observer Tintin et Milou dans une posture identique s’exprimer avec ses mots : « Wouah ! Wouah ! »  pour Milou et « Au revoir ! A bientôt ! »  pour Tintin.  En termes d’analyse transactionnelle, je pense que les aventures de Tintin débutent par une relation de type symbiotique. Pour les analystes transactionnels, il y a symbiose lorsque deux ou plusieurs personnes se comportent comme si elles n’en faisaient qu’une[1]. Même si, comme c’est le cas ici, la relation symbiotique n’est pas pathologique, il est intéressant de se poser la question de savoir si je suis en capacité de survivre sans l’autre ? Thématiques qu’Hergé aborde dans l’album suivant : « Tintin en Amérique» lorsque pour la première fois, séparé de son chien, Tintin enfermé dans sa cellule pense à lui comme si celui-ci était incapable de survivre sans lui.

Pour vous présenter un second outil, je vous propose de nous intéresser maintenant aux personnages centraux de l’œuvre de Georges Rémy. Il est en effet intéressant pour l’analyste transactionnel de constater qu’Hergé n’a pas créé un, mais bien une triade de héros  que sont : Tintin, Haddock et le professeur tournesol

Commençons avec Tintin : il est l’archétype du héros luttant contre le mal. C’est un personnage curieux cherchant à élucider sans cesse de nouveaux mystères. D’un tempérament plutôt calme et posé, Tintin préfère souvent analyser les situations avant d’agir. Tintin est un homme pour qui les valeurs sont importantes.

Éric Berne propose un schéma de compréhension du fonctionnement humain qu’il a appelé les États du Moi. Un État du Moi est un système cohérent de pensées, de sentiments, et de sensations correspondant à des comportements qui y sont associés. Berne propose, comme Hergé une triade d’États du Moi : l’État du Moi Parent, l’État du Moi Adulte et l’État du Moi Enfant.

La fonction Adulte, pour Berne représente l’aspect rationnel, raisonnable, analytique, raisonné de l’être humain qui, lorsqu’il est dans son État du Moi Adulte, est en relation directe avec la réalité présente dans l’ici et maintenant. À ce titre, je trouve que Tintin illustre parfaitement l’État du Moi Adulte.

Haddock est quant à lui doté d’un caractère impulsif, rapidement enthousiasmé, il se décourage tout aussi vite. C’est un personnage colérique qui s’emporte facilement. Sans être véritablement rancunier, il se montre peu enclin à pardonner. Il représente l’archétype de l’État du Moi Enfant : lorsqu’une personne se trouve dans son État du Moi Enfant, elle ne se préoccupe guère de l’opinion des autres, elle fait ce qu’elle a envie, de manière spontanée et libre. L’État du Moi Enfant peut être explosif aussi bien dans la colère que dans les manifestations de joie. C’est l’Etat du Moi où règne le mode émotionnel.

Berne décrit la fonction Parentale (État du Moi Parent) comme l’endroit de la personnalité où résident les normes, les valeurs, les comportements protecteurs, les souvenirs… Le Parent Normatif a pour fonction de nous maintenir en sécurité en nous fixant des contraintes et des limites protectrices alors que le Parent Nourricier a pour fonction de veiller à notre bien-être, à l’amélioration de nos conditions de vie, à notre confort. Des trois personnages Hergéien, le professeur tournesol est celui qui illustre le mieux l’État du Moi Parent : Tournesol est un scientifique de renommée internationale. C’est un personnage à la fois aimable et rêveur. Il est celui qui accompagne Tintin dans ses aventures, en lui proposant des moyens de se protéger dans ses explorations. Par exemple lorsqu’il emmène en pièces détachées son mini sous-marin en forme de requin qu’il remontera pour permettre à Tintin d’aller explorer les fonds marins dans « Le Trésor de Rackham le rouge » . Tournesol permet également d’illustrer les saines colères Parentales lorsque que dans «  Objectif Lune » il pique l’une des plus grosses colères de la série parce que quelqu’un n’a pas respecté son identité.

Dans ce court article, j’illustre les concepts de symbiose et d’État du Moi issus de l’analyse transactionnelle au travers des « Aventures ».  Je livre, pour ceux qui souhaitent, l’intégralité de ma recherche sur Hergé dans un séminaire intitulé : «Comprendre le scénario de vie avec Tintin», dont vous trouverez la programmation sur le site de l’école d’analyse transactionnelle Nord de France.

Pierre COCHETEUX, PTSTA Champ psychothérapie.

Pour aller plus loin je vous invite à lire :

De serge Tisseron :

Tintin chez le psychanalyste, 1985, Aubier.

Tintin et les secrets de famille, 1990, Seguier, (rééd Aubier 1992).

Tintin et le secret d’Hergé, 1993, Presses de la Cité.

De Renée Rivest :

Êtes vous Tintin, Milou, Haddock…, 2004, Éditions Septembre.

[1] A. et J. Schiff, “Passivité“, Classiques AT, Éditions d’AT, Vol. 2, p. 139