Éric Berne, le père de l’analyse transactionnelle disait que pour grandir et croitre correctement l’homme devait satisfaire trois soifs existentielles :

  1. La soif de reconnaissance
  2. La soif de stimulation
  3. La soif de sécurité.

Une des grandes préoccupations de l’homme moderne est liée à la sécurité ou plutôt au sentiment d’insécurité ? Il est curieux de constater combien ce sentiment a grandi au cours des dernières décennies, alors que nous vivons dans un monde globalement plus sur que celui de nos ancêtres.

Ce sentiment d’insécurité conduit parfois à des comportements irrationnels et c’est pourquoi cette semaine, je vous propose de réfléchir un peu sur  la question de la sécurité.

Qu’est que la sécurité ?

Du point de vue physique, la sécurité représente un état de moindre risque.

Du point de vue psychologique, c’est un état d’esprit dans lequel se trouve une personne qui est confiante et qui se sent tranquille.

Autrement dit, il s’agit surtout du sentiment de ne pas être en danger et de ne pas courir de risque.

Qu’est ce qui génère la sécurité ?

Comment développer cet état d’esprit de sérénité qui fait que je puisse me sentir en sécurité ?

Je me rappelle d’une histoire qu’aimait raconter Alain CRESPELLE, un analyste transactionnel malheureusement décédé aujourd’hui, pour illustrer cela. Je le cite de mémoire :

« Imaginez que vous soyez kidnappé par un inconnu lors d’une de vos promenades en ville et que vous vous réveilliez quelques heures plus tard dans un endroit inconnu, sans luminosité et où vous pouvez vous mouvoir en toute liberté. Vous décidez alors de partir explorer cet endroit inconnu, mais quelque soit la direction dans laquelle vous décidez de marcher, vous ne rencontrez que du vide. Que ressentiriez-vous dans ce genre de circonstance ? »

Il est probable, que vous ressentiez de l’angoisse, de la panique ou quelque chose de similaire. Donc un sentiment tout à fait opposé à celui de la sécurité.

La Structure apporte la sécurité.

Pour nous sentir en sécurité, nous avons besoin, nous les humains, de nous sentir contenus par un cadre, une loi, une structure…

Le fait d’être chez vous, dans une maison, ou un appartement bien isolé de la rue par une porte qui ferme à clef vous procure le sentiment de sécurité.

L’enfant qui cherche le cadre en provoquant ses parents ne fait rien d’autre que d’expérimenter la sécurité.

Rien n’est plus angoissant pour un enfant que de grandir dans un univers sans loi, ni limites.

Berne l’a bien compris puisqu’il développe également le concept de structuration du temps pour expliquer comment les humains organisent leur emploi du temps dans le but de satisfaire leur soif de reconnaissance et de stimulation.

La structure que nous mettons dans l’organisation de notre temps nous rassure et nous apporte ce sentiment de sécurité.

De même que le code de la route, qui parfois nous contraint à ne pas conduire aussi vite que nous le souhaiterions, nous permet de circuler dans une plus grande sécurité que s’il n’existait pas.

Conclusion

Notre soif de sécurité est satisfaite lorsque nous pouvons évoluer dans un univers qui est connu. Nous avons vu que c’est en mettant un cadre (des limites, des frontières, des lois) que nous parvenons à connaître les limites de l’univers dans lequel nous évoluons et ainsi que nous parvenons à nous y sentir en sécurité.

Quoi de plus angoissant que l’inconnu, l’imprévisible, l’inattendu ?

Je vous invite à partager avec moi dans les commentaires ci-dessous vos trucs et astuces pour vous sentir davantage en sécurité.