quels types leadership

qu est ce que leadership participatif

Guide complet des différents styles de leadership et leur utilisation

Quiconque souhaitant comprendre la définition et les théories du leadership dans le but d’améliorer ses compétences de leader doit se familiariser avec les différents styles de management.
En effet, tout leader possède un style qui lui est propre, intrinsèquement lié à sa personnalité, son vécu et à ses expériences, tant professionnelles que personnelles. La force d’un bon manager est de savoir s’adapter aux différentes situations et personnalités rencontrées en entreprise pour ajuster son leadership dans le but d’atteindre les objectifs définis.
Il n’y a pas, à proprement parler, de mauvais styles de management, y compris le style directif, qui peut être une ressource nécessaire. En effet, chaque situation nécessite un type de leadership approprié. En revanche, un management inapproprié au quotidien peut avoir de lourdes conséquences sur le bien-être des collaborateurs, la synergie de l’équipe, et par conséquent sur l’activité de l’entreprise.
Nous vous proposons de découvrir ensemble les différents styles de leadership et la manière de les utiliser à bon escient.
Quels sont les styles de leadership ?-1
Quels sont les styles de leadership ?-1

Le leadership de style directif (ou autoritaire)

Le portrait type du leader directif est celui d’une personne qui porte un intérêt majeur aux tâches à accomplir au détriment des relations de groupe. Ce chef « à l’ancienne » aime avoir le contrôle sur les autres ou sur les évènements, et attend que ses consignes soient respectées, sans aucune discussion possible. Aussi, il a tendance à inférioriser et déresponsabiliser ses collaborateurs. Bien entendu, ce style de leadership n’est pas sans conséquence sur le bien-être au travail, la motivation et le développement personnel.
Toutefois, un tel style possède ses avantages dans certains types de situations, pour notamment :
  • agir vite et efficacement dans la gestion des situations de crise ;
  • responsabiliser les collaborateurs versant dans le présentéisme au détriment du travail des autres, à l’aide de quelques « coups de pression » ou des comptes à rendre ;
  • mettre en place des objectifs clairs notamment dans le cadre d’un important projet ;
  • réduire le stress des collaborateurs par le transfert de responsabilité sur l’autorité en place qui devient alors responsable du travail de chacun.
Le leadership directif peut ainsi être utilisé à de bonnes fins, mais de manière savamment dosée et sur un temps très court, au risque de saper la motivation d’une équipe.

Le leadership de style participatif (ou démocratique)

Le leadership participatif met en avant l’intelligence collective en favorisant une grande créativité, la recherche de l’innovation et la liberté d’expression et d’action des collaborateurs. Il développe la cohésion, la motivation et l’esprit d’équipe.
Un leader participatif (ou démocratique) a le sens de l’écoute et une grande ouverture d’esprit. Il n’aime pas prendre les décisions seul et, dans la mesure du possible, cherche à obtenir l’approbation de son équipe.
Les avantages d’un tel leadership sont indéniables :
  • responsabilise les membres de l’équipe ;
  • facilite la motivation et pousse à l’action les équipes dans les projets d’entreprise ;
  • valorise les compétences des collaborateurs ;
  • prise de meilleures décisions, car il permet une vision plus large des aspects opérationnels.
Toutefois, le style participatif trouve ses limites lorsqu’il s’agit de prendre des décisions urgentes, comme dans la gestion de crise, et ne peut fonctionner que si le leader est entouré de personnes compétentes, enclines à la collaboration et suffisamment confiantes en elles et en leur jugement.

Le leadership de style collaboratif ou bienveillant

Un leader bienveillant accorde une place centrale à l’humain. Il cherche à créer une harmonie et des liens entre les membres d’une équipe pour des relations de travail saines dans un objectif de performance, de fidélité et de motivation.
Le leadership collaboratif est principalement intéressant sur plusieurs points :
  • remobiliser ou recréer la confiance de l’équipe dans des périodes de stress importantes ;
  • développer l’épanouissement au travail et le sentiment d’appartenance ;
  • améliorer la communication au sein de l’équipe et prémunir les conflits.
Quelques limites sont cependant à mettre en exergue. En effet, le leadership collaboratif est à utiliser de manière modérée, car il ne convient pas, sur le long terme, à toutes les personnalités. Les collaborateurs les moins compétents ou manquants de confiance en eux le ressentiront comme un manque d’accompagnement, alors que les plus performants seront frustrés par le faible épanouissement personnel et individuel.
Quels sont les styles de leadership ?-2
Quels sont les styles de leadership ?-2

Le leadership de style visionnaire

Le leader visionnaire est le manager charismatique par excellence, celui qui rassemble les autres dans une direction et une vision commune par sa force de conviction et son éloquence en exposant "le pourquoi » agir.
Le leadership visionnaire promeut une grande liberté d’action puisqu’une fois le projet présenté et les objectifs attendus énoncés, il laisse le soin à son équipe de procéder au « comment » en recherchant par eux-mêmes les moyens d’atteindre les objectifs.
Un management visionnaire fonctionne dans la majorité des contextes. Il s’agit d’un outil très efficace pour l’accomplissement de soi des collaborateurs, pour fédérer une équipe et créer une énergie de groupe.
Le revers de ce style de leadership est qu’il implique d’avoir un projet suffisamment valorisant et convaincant pour motiver. En outre, le leader doit être entouré de personnes compétentes pour mettre en œuvre les actions nécessaires à la réalisation d’une vision générale.

Le leadership de style « chef de file »

Le leader « chef de file » agit comme le chef d’orchestre dans l’entreprise, il donne le tempo aux équipes. En montrant l’exemple à suivre, il attend de ses collaborateurs une implication à la hauteur de la sienne. Cependant, il est souvent déçu, car très exigeant envers lui-même et les autres, il recherche en permanence l’excellence.
Contrairement à ce que l’on pourrait croire de prime abord, ce style de management ne favorise pas les résultats positifs. En effet, le chef de file montre l’exemple, mais n’accompagne pas, ou peu, son équipe. Il peut également manquer de patience envers les collaborateurs les moins performants.
Un tel leadership est davantage efficace avec une équipe déjà compétente et partageant le même goût de la performance et de l’excellence, à la condition d’ajuster le degré de perfectionnisme, on ne peut pas exceller dans tout et tout le temps.

Le leadership de style « coach »

Le leadership « coach » est considéré comme le style de management le plus efficace de par la pluralité de ses interventions :
  • l’amélioration des compétences et de la performance des collaborateurs ;
  • la résolution des problèmes, qui à ce titre, ne sont pas des problèmes pour le leader visionnaire, mais une étape à franchir ;
  • l’accroissement de l’autonomie d’action de son équipe ;
  • l’accompagnement des collaborateurs tout au long d’un projet ;
  • la mise en œuvre d’une communication positive et collaborative ;
  • le développement d’une relation de confiance entre ses collaborateurs et lui.
Le leadership de style « coach » est cependant long à mettre en place et peut trouver ses limites dès lors que des résultats immédiats sont attendus. Bien que très gratifiant, le rôle de coach demande beaucoup d’énergie au quotidien, une grande capacité d’écoute et d’empathie, une aisance relationnelle aigüe et une capacité de prise de recul indéniable. C’est un des styles de leaderships les plus difficiles.
Nous vous recommandons ces autres pages :

quels types leadership

qu est ce que leadership participatif

Profilage : google_analytics