les leaders historiques mahatma gandhi

leadership-page-recap

Martin Luther King : portrait d’un leader historique pour la paix

Au-delà du cadre strict de l’entreprise, le leadership passe aussi par des hommes et des femmes publiques, connus pour leur lutte envers des causes justes ou pour leurs travaux qui ont changé la face du monde. De Nelson Mandela à Barack Obama, les exemples ne manquent pas pour illustrer ce que doit être un leader. Parmi ces personnalités marquantes, on retrouve notamment Martin Luther King, un pasteur baptiste devenu une figure mondiale du peuple noir américain, dans les années 50 et 60.
Véritable fer de lance contre la ségrégation raciale menée aux États-Unis, cet homme n’a cessé de se battre pour l’égalité des droits des siens, en veillant toujours à rester pacifique et à prôner la non-violence. Reconnu pour son combat par le reste de la société, Martin Luther King a même reçu le prix Nobel de la paix en 1964. Découvrons-en plus sur ce leader historique.
Les leaders historiques : Martin Luther King-1
Les leaders historiques : Martin Luther King-1

Le parcours historique de Martin Luther King

Dès l’âge de 18 ans, Martin Luther King a voulu devenir pasteur pour l’Église Baptiste, au même titre que son père avant lui. Si sa vocation a toujours été d’aider les autres après ses études, la bonne situation de sa famille l’a toujours protégée de la pauvreté, au contraire de la grande majorité du peuple noir américain. Cependant, l’homme est toujours resté lucide sur la situation des siens, et notamment sur la discrimination raciale qui battait son plein aux États-Unis.
Admirateur de la philosophie politique de Gandhi, Martin Luther King suit les traces de ses parents, tous deux dirigeants à tour de rôle de la National Association for the Advancement of Colored People. Il devient donc très naturellement un militant actif du mouvement noir de l’époque.

Les débuts de sa lutte pour la liberté

Son leadership commence véritablement en 1954, dans la ville de Montgomery dont il dirige la paroisse. En effet, après l’arrestation et la condamnation de Rosa Parks, parce que cette dernière avait refusé de se plier aux règles de la ségrégation raciale dans un bus, le peuple afro-américain s’émeut de ce scandale. Alors qu’un boycott général des transports en commun s’organise, Martin Luther King dirige le mouvement et met en place différentes mesures pacifiques pour lutter par des moyens non violents.
À l’arrivée, le boycott devient national, et tout le territoire des États-Unis est concerné par cette lutte pour les droits des noirs. Après 381 jours d’un mouvement politique encore jamais vu, Washington décide de déclarer illégale la ségrégation du peuple afro-américain dans les transports en commun. Le ton est alors donné, puisque tout le monde a pu s’apercevoir qu’un mouvement non violent était tout aussi redoutable et efficace s’il était bien mené.

La marche sur Washington et son célèbre « I have a dream »

C’est véritablement le 28 août 1963, lors d’une marche sur Washington, que le leadership de Martin Luther King atteint son sommet. Au cours de ce rassemblement, la population afro-américaine souhaitait inciter le congrès a voté une loi pour les droits civiques du peuple noir. Devant plus de 250 000 personnes amassées face au Lincoln Memorial, sans oublier les millions de téléspectateurs devant leur écran, Martin Luther King a prononcé un discours qui a marqué l’histoire, empli d’amour et de bienveillance.
« I have a dream », à savoir « J’ai fait un rêve » en français, imagine un monde où les fils des anciens esclaves et ceux des anciens propriétaires d’esclaves pourraient cohabiter et vivre ensemble comme des frères. Parmi les politiques blancs, l’émotion est palpable et l’éloquence de Martin Luther King fait mouche. En réponse à ce discours magistral, le président Johnson instaure le Civil Rights Act dès l’année suivante, une avancée qui signe la fin de la ségrégation raciale dans les lieux publics.
Les leaders historiques : Martin Luther King-2
Les leaders historiques : Martin Luther King-2

La consécration d’un leadership

En 1964, le leadership de Martin Luther King est définitivement reconnu par le monde, et celui-ci devient le plus jeune lauréat du prix Nobel de la paix. Un an plus tard, en 1965, le Voting Rights Act vient compléter les droits civiques des noirs, en renforçant notamment le contrôle de l’État fédéral sur le processus électoral. L’apartheid prend alors fin, et ce, contre les habitudes encore bien ancrées des États du Sud.
Malheureusement, les prises de position de plus en plus marquées, de celui qui est devenu un véritable homme politique, commencent à lui porter préjudice auprès de son propre camp. En effet, la bourgeoisie noire voit d’un mauvais œil la radicalisation de son opposition au système en place, au point que sa vie bascule dans un danger quasi permanent. Le 4 avril 1968, après son discours de Memphis dans l’État du Tennessee, Martin Luther King est assassiné de plusieurs coups de feu pour un ségrégationniste blanc, sur le balcon de son motel. Sa mort provoque une véritable émotion nationale, notamment dans les ghettos, qui rassemblent le peuple afro-américain le plus pauvre du pays.

Les marques du leadership de Martin Luther King

Tout au long de sa vie de militant, Martin Luther King n’a cessé de prouver ses qualités de leader. En matière de leadership, son héritage est donc particulièrement parlant, puisqu’il est possible de retenir 3 leçons de son parcours :
  • sa capacité à s’engager totalement pour la cause ;
  • son aptitude à perturber le statu quo ;
  • sa façon de communiquer sur sa vision et de la mettre en œuvre.
En effet, Martin Luther King a prouvé que pour être un bon leader, il fallait avant tout être un visionnaire. Son rêve était bien plus grand que lui ou l’époque dans laquelle il vivait, et cette projection a été la clé de voûte d’une prise de conscience nationale. De plus, son aptitude à prôner la non-violence a fait de lui un leader naturel et une figure inspirante, alors même qu’il appartenait à un peuple que personne n’écoutait chez les blancs. Envers et contre tout, Martin Luther King est resté fidèle à son rêve, et c’est cet engagement que l’on doit retrouver chez tous les grands leaders.
Malgré la tempête et les polémiques, l’homme avait parfaitement conscience que sa vision de justice et d’égalité était plus importante que le statu quo. Même s’il n’a pas toujours été soutenu, y compris par le peuple noir lui-même, il a continué d’œuvrer pour son rêve en mettant sa propre vie en jeu. Bien entendu, son histoire est particulière et témoigne d’un parcours qui n’est pas celui de tous les leaders. Néanmoins, il reste un excellent exemple d’illustration du leadership, parce qu’il a su bousculer les idées et rester concentré sur ses valeurs.
Enfin, l’éloquence de ses discours a pu prouver le pouvoir de la communication. Or, tout bon leader se doit de savoir transmettre sa vision, afin de donner envie aux personnes qui l’entourent de lui emboîter le pas.
Nous vous recommandons ces autres pages :

les leaders historiques mahatma gandhi

leadership-page-recap

Profilage : google_analytics