leadership tout savoir leadership

quels types leadership

Le guide du leadership : définition et théories

Claude Lévy-Leboyer, professeur de psychologie du travail à l’université René Descartes de Paris V, a théorisé sur le leadership dans un ouvrage de 1998, La motivation dans l’entreprise : Modèles et stratégies. Elle y présente le leadership comme une notion d’influence sociale, par laquelle une personne amène un individu ou un groupe à atteindre des objectifs précis. À ce titre, il faut comprendre que le leadership permet d’influencer l’attitude des membres d’une même équipe, en les motivant et en les entraînant vers une vision commune. Un bon leader sait donc comment développer la motivation des individus qui l’entourent, mais aussi comment les diriger dans son sillage sans devoir faire preuve d’autorité.
En d’autres termes, le leadership désigne la capacité à aiguiller une personne ou un groupe, et donc à communiquer naturellement en ce sens. Pour mieux comprendre la notion de leadership et les différentes théories sur le sujet, faisons un tour d’horizon des informations à connaître.
Définitions et théories du leadership-1
Définitions et théories du leadership-1

Quels sont les différents types de leadership ?

Dans le monde du travail et de l’entreprise, il est possible de recenser différents types de leadership. Toutefois, certains d’entre eux peuvent ne pas convenir à l’équipe qui doit être dirigée, ce qui implique de savoir lequel est le plus approprié. Pour cela, il convient de prendre en compte les valeurs de l’entreprise ou de l’organisation, ainsi que les objectifs fixés et les personnalités de chaque personne concernée. À noter qu’il n’est pas non plus obligatoire d’adopter un seul et unique type de leadership, et qu’au contraire, choisir plusieurs approches simultanées peut être judicieux.
Avant d’aller plus loin, il faut comprendre qu’il existe de bons et de mauvais types de leadership. En effet, si un leadership positif améliore grandement la rentabilité d’une entreprise, ainsi que la productivité et le bien-être de ses membres, un leadership négatif peut, au contraire, être à l’origine de stress ou de burnout chez certains d’entre eux. Tentons de comprendre un peu plus en détail les types de leadership les plus souvent adoptés en entreprise.

Le leadership du laisser-faire

Le leadership du laisser-faire désigne une vision de non-intervention, dans laquelle le leader se contente du minimum d’intervention. Définitivement non autoritaire, cette relation donne la part belle aux membres de l’entreprise, notamment à ceux qui ont le plus d’expérience et de motivation. Même si elle contribue à développer la créativité et la liberté au travail, certaines personnes peuvent être perdues face à ce manque de structuration et de cadrage professionnel. Effectivement, tout le monde n’est pas capable de travailler en parfaite autonomie, surtout lorsque le manque d’expérience se fait encore sentir. Par conséquent, le leadership du laisser-faire convient plutôt à une équipe sûre d’elle et habituée à se prendre en main.

Le leadership autocratique

Le leadership autocratique s’apparente en quelque sorte au leadership autoritaire, puisque dans ce cas de figure, le leader est seul à prendre des décisions et à fixer les objectifs. Avec ce modèle, les pleins pouvoirs sont entre les mains d’une seule et unique personne. Pour prendre des décisions rapides et assurer une productivité minimum, ce type de leadership peut se montrer efficace. Cependant, le bien-être des membres de l’entreprise est complètement laissé de côté, ce qui entraîne un manque de motivation évident chez ces derniers. Au fil des années, le leadership autocratique tend à disparaître du monde du travail, même si certaines organisations continuent à le pratiquer.

Le leadership démocratique

À l’opposé du leadership autocratique vu ci-dessus, le leadership démocratique est celui qui convient le mieux à de nombreuses entreprises, notamment parce que ce modèle se base sur la participation de tous les membres. Le dialogue et la communication sont donc les deux piliers de cette vision, puisque le leader implique entièrement ses subordonnés dans chacune de ses décisions. Toutefois, en cas de désaccord sur les objectifs ou l’organisation, la résolution du problème peut demander un certain temps. Ainsi, l’équilibre du groupe peut être fragilisé si le leader ne parvient pas à mettre tout le monde d’accord.

Quels sont les différents styles de leadership ?

Comme nous avons pu le voir ci-dessus, il existe différents types de leadership, et donc inévitablement de leaders. Alors que certains sont sensiblement négatifs, d’autres obtiennent au contraire des résultats probants en entreprise. La plupart du temps, un bon leadership est le résultat de différents traits, notamment parce qu’il est nécessaire de pouvoir s’adapter à chaque situation possible.
Traditionnellement, on recense 6 styles de leaders :
  • le style visionnaire, avec un leader aux grands objectifs, pour lesquels il a besoin d’une équipe motivée et mobilisée autour de sa vision ;
  • le style bienveillant, avec un leader qui met l’accent sur l’être humain et le bien-être des membres de son équipe, quitte à mettre de côté les objectifs ;
  • le style participatif, avec un leader ouvert d’esprit et à l’écoute, qui base son leadership sur des échanges libres avec son groupe de travail ;
  • le style coach, avec un leader qui anticipe le devenir de chaque personne de son groupe, notamment en contribuant à leur développement personnel et à l’exploitation de leur potentiel ;
  • le style chef de file, avec un leader qui choisit de diriger en montrant l’exemple et en souhaitant être imité par les membres de son équipe ;
  • le style autoritaire, avec un leader qui ordonne et dirige avec fermeté, sans laisser place à la discussion ou à la communication avec son équipe.
Bien évidemment, ces différents styles de leadership peuvent être adoptés unilatéralement, ou au contraire, être cumulés avec d’autres visions complémentaires. L’essentiel est finalement de s’adapter au groupe à diriger, mais surtout à ses membres et à leur expérience du travail.
Définitions et théories du leadership-2
Définitions et théories du leadership-2

Comment définir le leadership participatif ?

Le leadership participatif est un style de management dans lequel le leader implique entièrement les membres de son équipe. Cela vaut notamment pour la prise des décisions, mais également pour l’organisation du service ou de l’entreprise. Chaque personne concernée est interrogée sur les grands sujets de l’activité et ses compétences sont toujours mises en valeur par le leader. Dans ce cas de figure, l’accent est donc véritablement mis sur l’intelligence collective et la créativité des subordonnés.
Pour mettre en place un leadership participatif, il est nécessaire de respecter quelques caractéristiques incontournables, parmi lesquelles :
  • le leader fixe des objectifs en accord avec ses subordonnés ;
  • les membres de l’équipe mettent en place des approches permettant d’atteindre les objectifs ;
  • le leader laisse une grande autonomie à son groupe de travail ;
  • le leader encourage les initiatives et contribue au développement personnel des membres de son équipe.
Afin d’être un bon leader participatif, certaines qualités sont néanmoins requises, notamment pour fédérer une équipe solide et motivée. Par conséquent, la personne en charge de ce rôle doit pouvoir déléguer une partie de ses responsabilités à son équipe et savoir donner sa confiance à ses subordonnés. De même, elle doit être à l’écoute, pour entendre les besoins et attentes de son groupe, tout en valorisant les membres de l’entreprise avec lesquels elle travaille. Enfin, le leader doit pouvoir communiquer avec ses subordonnés, afin de les inciter à s’exprimer librement.
Cela va de soi, le leadership participatif permet aux membres d’une équipe d’être activement impliqués dans leur entreprise. Ainsi, ces derniers sont bien plus motivés et productifs, d’autant plus qu’ils créent un véritable attachement à la société. Néanmoins, en cas de difficultés nécessitant une prise de décision rapide, un trop grand nombre d’idées et d’initiatives peut devenir un frein pour le leader. Entre d’autres termes, ce style de management se prête surtout à une équipe expérimentée, déjà confrontée à de nombreuses difficultés et capable de s’autoréguler en toute situation.

Quelles sont les lois irréfutables du leadership ?

Selon John Maxwell, expert en leadership, il existe 21 lois irréfutables en la matière. Chacune d’entre elles concerne une règle inaliénable, qui permet à tout leader de comprendre les caractéristiques du leadership et les conditions dans lesquelles il peut le mettre en place. Considéré comme une véritable Bible aux yeux de nombreux spécialistes, son ouvrage Les 21 lois irréfutables du leadership rassemble tous ces aspects primordiaux, dont voici le détail :
  • la loi du plafond ;
  • la loi de l’influence ;
  • la loi du processus ;
  • la loi de la navigation ;
  • la loi de la parole ;
  • la loi de la confiance ;
  • la loi du respect ;
  • la loi de l’intuition ;
  • la loi du magnétisme ;
  • la loi de la connexion ;
  • la loi du cercle ;
  • la loi de l’émancipation ;
  • la loi de la reproduction ;
  • la loi de l’adhérence ;
  • la loi de la victoire ;
  • la loi de l’élan ;
  • la loi des priorités ;
  • la loi du sacrifice ;
  • la loi du timing ;
  • la loi de la croissance explosive ;
  • la loi de l’héritage.
Bien entendu, abordées de manière aussi sommaire, ces différentes règles ne signifient pas grand-chose. Pourtant, l’instauration d’un leadership en entreprise, quel qu’il soit, passe par la compréhension totale de la personnalité du leader. Sorte de guide de conduite du leadership, ces 21 lois irréfutables sont accessibles à tous, même aux leaders débutants qui manquent encore d’expérience.
Nous vous recommandons ces autres pages :

leadership tout savoir leadership

quels types leadership

Profilage : google_analytics