L’entreprise autonome, une évolution qui idéalise votre avenir professionnel.

Les contraintes rythment grandement l’entreprise traditionnelle : surcharge administrative, déficit organisationnel, situation de burnout, gestion des conflits, etc. Aujourd’hui, le temps que les employés consacrent à des activités créatives, à forte valeur ajoutée, ne correspond qu’à 40 % de leurs tâches quotidiennes. Fort de ce constat, de plus en plus d’entreprises repensent totalement leur fonctionnement. Certaines méthodes, basées sur le bien-être de l’être humain, se transposent à merveille au sein de la structure de l’entreprise. C’est le cas par exemple de l’ikigaï, venu tout droit du Japon.
Néanmoins, cette discipline ne peut se révéler suffisamment efficace sans une modernisation des processus fonctionnels de l’entreprise. Dans le monde dans lequel nous vivons, l’automatisation des systèmes est devenue l’indispensable allié d’une entreprise à succès. L’automatisation offre la productivité, ainsi que la satisfaction des employés. Ces deux éléments s’avèrent vitaux pour améliorer le quotidien professionnel. Alors, qu’attendez-vous pour rendre votre entreprise autonome ?

L’automatisation, clé de voûte de l’entreprise autonome.

Diriger une entreprise compétitive est le rêve de nombreux entrepreneurs. Pour y parvenir, ils doivent absolument tenir compte de l’autonomisation des systèmes, à tous les niveaux de l’entreprise.

Gérer une entreprise à succès, l’objectif de tout dirigeant.

Le but de chaque entrepreneur reste le même : emmener son entreprise vers les sommets. Pour cela, les équipes mettent en place un système qui crée ou distribue quelque chose de valeur. D’autres individus désirent ou ont besoin d’obtenir cet objet ou ce service, à un prix qu’ils acceptent de payer. De cette manière, les besoins et les attentes de l’acheteur sont satisfaits. Les propriétaires de l’entreprise gagnent suffisamment d’argent pour maintenir l’activité et dégager des bénéfices. Afin de rester compétitives, de plus en plus d’entreprises se tournent aujourd’hui vers l’autonomie.

Entreprise autonome : la définition.

On dit d’une entreprise qu’elle est autonome, lorsque ses systèmes fonctionnent sans intervention humaine. En d’autres termes, l’entreprise autonome prospère à l’aide d’un ensemble de processus automatisés.

Loin de représenter une menace, l’autonomisation optimise le travail des employés.

L’automatisation ne signifie pas une menace pour l’emploi. L’idée n’augure pas de remplacer l’être humain, mais plutôt de l’assister et le libérer des contraintes. Le but reste donc d’améliorer le bien-être des employés en bonifiant les conditions de travail. De son côté, l’entreprise gagne en productivité et réduit ses coûts. En clair, l’automatisation augmente la valeur du travail dans tous les processus de l’entreprise.
Les contraintes d’activité sont souvent liées à l’exécution de tâches physiques, complexes ou répétitives. L’assemblage d’une voiture, la gestion informatique des données de milliers d’opérations, l’organisation d’une entreprise font appel à l’automatisation. De manière plus générale, une entreprise autonome vise à s’automatiser dans le but de simplifier ses processus de fonctionnement.

Comment rendre une entreprise autonome ?

Toutes les entreprises peuvent devenir autonomes, et l’automatisation intervient dans tous les différents services. Deux types d’entreprises sont concernées par l’autonomie :
  • les existantes, qui souhaitent automatiser en partie ou totalement leurs opérations ;
  • les nouvelles générations, qui basent leur système fonctionnel sur des outils par définition automatisés.

Quelques exemples d’outils automatisés.

Aujourd’hui, une multitude d’entreprises de secteurs différents sont d’ores et déjà autonomes. Sans même s’en rendre compte, l’automatisation simplifie déjà la vie de nombreux dirigeants et employés :
  • la robotique, utile dans la conception d’objets, existe depuis quelques décennies dans le secteur industriel ;
  • les robots intelligents analysent et améliorent la recherche médicale et pharmaceutique ;
  • le traitement du langage naturel ou « Natural Language Processing » (NLP) décode, interprète et reproduit le langage humain ;
  • la reconnaissance optique de caractères ou « Optical Character Recognition » (OCR), reconnaît les textes et les transformes en données normalisées ;
  • les outils comme le « Robotic Process Automation » (RPA), le « Digital Process Automation » (DPA) et le « Business Process Automation » (BPA), séduisent de plus en plus les entreprises.

L’automatisation grâce à la « Robotic Process Automation » (RPA).

Cette famille d’outils d’automatisation est essentiellement conçue pour traiter les tâches répétitives. Le processus s’effectue par l’intermédiaire de robots logiciels, plus efficaces, rapides et précis. Le RPA réduit donc le champ d’erreurs possibles. Malgré tout, il n’agit pas comme l’intelligence artificielle. Il reproduit simplement les gestes de l’homme.

L’utilisation du Digital Process Automation (DPA).

Le Digital Process Automation (DPA) se révèle plus complet que le RPA. Il automatise et améliore des processus métiers plus complexes et plus longs, qui requièrent de prendre des décisions. La mise en œuvre, la maintenance et l’éventuelle évolution du DPA demandent l’aide de spécialistes en technologie de l’information (IT).

L’outil « Business Process Automation » (BPA) pour l’automatisation de son entreprise.

L’automatisation des processus métiers, ou BPA, désigne l’ensemble des technologies qui participent à l’automatisation entière des systèmes. Les logiciels imitent les actions humaines, et suivent tout un flux de décisions, basées sur l’activité des employés et anticipées par les programmateurs.

Quelques exemples concrets d’utilisation d’outils automatisés dans les processus d’entreprise

En pratique, la mise en œuvre de ces trois outils permet aux employés d’éviter un certain nombre de tâches fastidieuses :
  • le tri et le traitement des documents administratifs ;
  • la gestion des processus back-office dans le secteur des ressources humaines (RH) ;
  • la création d’un rapport d’entreprise ;
  • le développement de la sécurité des données clients ;
  • l’analyse, le classement et le traitement de données relatives aux supports d’assistance informatique ;
  • le ciblage automatique des clients et l’envoi de messages marketing ;
  • etc.

Les avantages de l’entreprise autonome.

Les petites et moyennes entreprises ont longtemps tourné le dos à l’automatisation. Leur pouvoir d’achat ne concordait pas forcément avec ces très onéreux systèmes. Cependant, les prix ont baissé ; chacun peut désormais bénéficier des avantages de l’automatisation. Entre amélioration de la productivité et réduction des coûts, celle-ci devient rapidement une composante clé de l’entreprise.

Favoriser la productivité et le bien-être des employés.

En premier lieu, l’automatisation consiste à léguer les tâches répétitives à des robots. Ainsi, les employés se concentrent sur des tâches à valeur ajoutée, comme la relation client, ou la résolution de situations complexes. Une équipe heureuse, qui se sent utile, déchargée des rôles les plus fastidieux, entraîne une hausse de la productivité. Par ailleurs, les logiciels travaillent, 24 h/24, 7 j/7, durant l’année entière. L’entreprise peut donc s’orienter vers la quête d’objectifs plus ambitieux, et rester compétitive vis-à-vis de la concurrence.

Réduire les délais d’attente.

L’automatisation des processus, notamment dans le secteur administratif de l’entreprise, réduit les différents niveaux de traitement et ainsi les délais. L’analyse d’un éventuel retour client défavorable, la prise en charge et l’envoi du salaire pour des employés, sont des exemples de tâches chronophages. Les léguer à un système informatique évite tout retard, ce qui s’avère judicieux pour assurer le sérieux et la réputation de l’entreprise.

Minimiser les erreurs, donc les coûts.

La précision d’un robot ou d’un logiciel est sans conteste supérieure à l’œil humain. Cela conduit à minimiser la marge d’erreur, parfois les risques d’accidents, et d’optimiser la performance. Pour les tâches manuelles, cela confère une accélération de la productivité et un sentiment de sécurité pour l’employé. Si l’automatisation concerne les tâches administratives, où les erreurs se révèlent parfois coûteuses, les processus fournissent une solution rapide et concrète. Les entreprises voient donc leurs coûts se réduire. Attention, le travail humain reste essentiel. C’est même lui le vecteur de la valeur ajoutée.
Profilage : google_analytics