Prendre une décision en toute sérénité avec le journal des décisions

Réfléchis avec lenteur, mais exécute rapidement tes décisions.” - A Démonicos 

Vous le savez, c'est certain:
 
Pour vous aligner avec votre ikigaï, il faut prendre des décisions importantes. Quand vous réorientez votre raison d'être, votre carrière, votre business, des choix doivent être pris.
 
Le problème? 
 
L'école ne nous équipe pas à prendre des décisions intelligentes.
 
Sans surprise, on y va au feeling... en écoutant nos tripes, notre coeur... ou encore nos amis (qui ne savent pas toujours prendre des décisions).
 
image2 531fa

Et au cours d'une vie, des décisions difficiles doivent être prises... par exemple:

  • Quelle stratégie financière adopter pour ma retraite?
  • Quelle stratégie utiliser pour mon business?
  • Dois-je fonder une famille avec cette personne?
  • Dois-je acheter cette maison?
  • Dois-je abandonner ce projet ou continuer?
  • Est-ce que je dois quitter ce job qui paye bien, mais qui rackette ma joie de vivre?
    Et là on est bien emprunté. 
    Au mieux? 
     
    On sort la liste des + et des - qui consiste à lister les avantages et inconvénients des options sur la table.
     
    Sans se rendre compte que cette méthode ne nous aide pas à générer des options bien meilleures auxquelles on ne pense pas intuitivement.
     
    Souvenez-vous de ce que disait Charlie Munger, probablement l'un des meilleurs investisseurs de tous les temps: ce n'est pas parce qu'une information est facilement accessible qu'elle est pertinente.
     
    Pire encore? 
     
    La méthode médiévale + / - ne nous protège pas de l'ennemi N°1 de la prise de décision:Votre texte ici

    Notre cerveau est une machine à sauter sur les conclusions.

    Ce n'est pas moi qui le dit, mais Daniel Kahneman, un éminent psychologue et économiste (auteur du livre Thinking fast and slow).
     
    Notre cerveau n'est jamais perplexe, il saute sur des conclusions et bien qu'elles soient intuitives, elles ne sont pas toujours justes.
     
    La preuve?
     
    Sur l'image ci-dessous, quel trait est le plus long?
     
    image4
    La réponse?
    image6
    Aucun trait n’est plus long et ma question vous a influencé (si je vous avais demandé "est-ce qu'un trait est plus long que l'autre... vous auriez peut-être répondu différemment).
     
    Ainsi, si notre cerveau nous joue des tours face à 3 traits sur un écran...
     
    Imaginez quand les enjeux sont plus importants...
    • Quand des personnes sont en jeu...
    • Quand du temps est en jeu...
    • Quand de l'argent est en jeu...
    • Quand nous sommes stressés, fatigués et inquiets...
    • Quand nous sommes émotionnellement impactés et que nous avons peur de prendre la mauvaise option.
    • Quand la décision est irréversible...
    La bonne nouvelle? 
     
    Si aujourd'hui vous n'êtes pas satisfait de vos décisions, ce n'est pas parce que vous utilisez le mauvais outil, mais parce que vous n'avez qu'un outil.
     
    Abraham Maslow le disait "Si le seul outil que vous avez est un marteau, vous tendez à voir tout problème comme un clou"
     
    Et même Picasso aurait été un mauvais peintre, si le seul outil qu'il avait pour peindre ses toiles... était un marteau…
    image1 950cc

    Imaginez maintenant pouvoir prendre de meilleures décisions… jour après jour

    Certes, il vous arrivera encore de prendre de mauvaises décisions, parce que dans la vie, il n'y a pas de garanties. Mais si vous pouvez supprimer 50% des mauvaises décisions que vous prenez pour le restant de votre vie... qu'est-ce que cela ferait dans votre vie?
     
    Je ne peux pas répondre à cette question, mais je peux vous donner l'outil que j'utilise pour prendre mes décisions.
     
    Que ce soit dans ma vie privée, à la tête d'une compagnie de miliciens ou encore dans mon business... chaque fois que je me retrouve face à l'un de ces 4 scénarios, je ralentis et je sors mon outil de prise de décision.

    Quelles sont ces 4 scénarios qui me font utiliser l'outil de prise de décision?

    Scénario N°1. Si le scénario du pire provoque de gros problèmes dans ma vie (comme se faire opérer ou jouer à la roulette russe)
     
    Scénario N°2. Si me désengager me coûte un bras (en temps, argent, énergie, réputation)
     
    Scénario N°3. Si je suis face à un engagement de longue durée ou irréversible: faire un gosse, plan d'épargne retraite, nos relations (travail, amis, etc.)
     
    Scénario N°4. Si je me sens paralysé entre deux choix.
     
    Ces scénarios font office de déclencheurs. Ills m'indiquent que je dois ralentir, car les enjeux sont importants et je dois faire attention à mes biais cognitifs.

    C'est quoi un biais cognitif?

    Les biais cognitifs sont des raccourcis mentaux que l'on prend pour pouvoir avancer normalement au quotidien. Ils sont le résultat de notre évolution et ils ne sont ni bien ni mal. Ils sont là et il faut composer avec.
     
    Les biais suivants méritent votre attention:

    Le biais de confirmation

    Ce biais vous pousse à privilégier les informations qui viennent soutenir vos croyances existantes. 
    Plus vous êtes intelligent, plus vos élaborations / justifications seront logiques, rationnelles... 
    image3

    Le biais du survivant

    Il consiste à surévaluer l'efficacité d'une méthode en ne considérant que ceux qui ont utilisé cette méthode avec succès (et en ignorant ceux qui ont utilisé la même méthode, mais en échouant).
     
    Par exemple: toutes les vidéos / articles / livres qui vous expliquent comment réussir à tous les coups pour être riche / beau / etc.

    Le biais de l'optimisme

    Tendance à croire que les plans se dérouleront bien (le fumeur qui croit que le cancer ne le touchera pas). 
     
    La personne qui passe trop de temps à créer un plan d'action... sans se rendre compte qu'au contact de la réalité, le plan devra être modifié.
     
    Souvenez-vous de la citation Apocryphe du Général Eisenhower: Les plans sont inutiles mais planifier est essentiel.

    Le piège de l'engagement sans fin

    Plus vous investissez de ressources dans une direction, dans un projet, dans une personne, plus vous désengager est difficile. Cela vous pousse à faire plus dans la même direction plutôt que de changer de stratégie.
     
    Il y a évidemment beaucoup d'autres biais cognitifs et si cela vous intéresse, je vous laisse jeter un oeil à la page Wikipédia.
     

    Que faire contre les biais cognitifs?

    Premièrement, réaliser qu'ils font partie de nous et qu'il faut apprendre à faire avec plutôt qu'espérer pouvoir s'en débarrasser pour toujours.
     
    Le but est donc de réduire l'influence des biais cognitifs quand les enjeux sont importants... en utilisant le journal des décisions.
     
    Le but de ce journal des décisions? 
    Réduire les mauvaises décisions (qui nécessitent du temps, de l'argent et de l'énergie à être réparées)
     
    Avoir bien moins de regrets (qui vous font sentir mal)
     
    Réussir à identifier des opportunités qui étaient devant vos yeux, mais qui restaient invisibles...(Cela vous évite de devoir choisir entre deux mauvaises options...)
     
    Vous sentir bien plus satisfait et aligné avec les choix que vous prenez…

    Le journal des décisions

    Nous y voilà!
     
    Le journal des décisions, je l'utilise depuis 2018 quand l'une des 4 situations que j'ai citées plus haut apparait dans ma vie.
     
    Inutile de vous dire que je n'utilise pas ce journal pour sélectionner mon prochain livre, ma prochaine destination de vacances ou encore mon prochain article de blog…
     
    Pour les décisions avec moins d'enjeux, je me base sur les heuristiques (des règles du pouce pour avancer dans nos journées sans se prendre trop la tête). 
     
    Un exemple d'heuristique pour mon alimentation: Avant d'acheter un aliment, je me demande si mon ancêtre d'il y a mille ans, mangeait déjà cela. Si la réponse est non, je renonce à manger cela. 
    image5
    Cela ne fonctionne pas pour toutes les situations, mais le résultat est satisfaisant par rapport au temps que j'ai investi dans la prise de décision.
     
    • Donc, pour les petites décisions rapides avec peu de conséquences -> heuristiques.
    • Pour les décisions plus compliquées / complexes et aux enjeux importants -> Journal des décisions.
    Maintenant pour profiter au maximum de ce journal, utilisez-le régulièrement.
     
    Pourquoi? 


    Parce qu’avec le temps vous réaliserez que certains biais cognitifs vous concernent plus que les autres. Car nous sommes tous différents.

    Passons en revue les différentes étapes du journal de décision:

    Voici les différentes étapes du journal des décisions. On pourrait en parler des heures, mais le plus simple est de l’utiliser pour vous aider à prendre une décision. Si vous n’avez pas de décisions à prendre aujourd’hui, sauvegardez l’article pour plus tard. (un modèle du journal se trouve ici).
     
    C’est parti!
     
    Numéro de la décision: 
     
    Date de la décision:
     
    État dans lequel tu te trouvais lors de la décision: (soulignez ceux qui vous concernent le plus) 
    • Énergique
    • Confiant
    • accommodant
    • Frustré
    • Focus
    • Fatigué
    • Anxieux
    • En colère
    • Relax
    • Acceptant
    • Résigné
    Quelle est la situation / Le contexte: (soyez concis) 

    Quel est l'énoncé du problème:

    Questions d'aides:

    • Quel est l'objectif à atteindre? Est-ce que je veux vraiment atteindre cet objectif? Et comment savoir si je veux vraiment atteindre cet objectif?
    • À quoi dois-je renoncer en faisant ce choix? Que pourrais-je faire d'autre avec ce temps et cet argent?
    • Si je ne pouvais pas choisir ces options / cette option? Qu'est-ce que je ferais pour atteindre mon objectif?
    Quelle est la situation / Le contexte: (soyez concis) 

    Quel est l'énoncé du problème:

    Questions d'aides:

    • Et si l'option la moins favorable est la meilleure, quelle information me convaincrait?
    • Si je n'étais pas déjà engagé dans l'une des options... est-ce que je continuerais à faire ce que je fais?
    • Quelle est la plus forte raison pour prendre une autre option? La deuxième raison? La troisième?
    • Optionnel: Si la décision est importante et si c'est possible, puis-je mener des tests pratiques de courte durée?

    Quelles sont les complications possibles de ta décision?

    Questions d’aides
     
    • Quels seraient le résultat catastrophique et le résultat magnifique de ma décision?
    • Dans 10 mois, vous n'avez pas obtenu les résultats attendus... Qu'est-ce qu'il s'est passé?
    Variante choisie:
    • Quels sont les signes qui te devraient faire renoncer à ta décision ou revoir celle-ci?
    *** 6 mois plus tard ***
    • Quel est le résultat?
    • Qu'est-ce qui s'est passé et qu'as-tu appris?
    Prendre des décisions est beaucoup plus facile avec ce journal des décisions…
     
    Mais cela reste un exercice difficile. Il n’est pas dans la nature humaine de se fermer volontairement des portes.
     
    Comme vous l'avez deviné, les questions que vous vous posez en utilisant le journal des décisions vous incitent à penser différemment et à réduire l'effet des différents biais cognitifs.
     
    Par exemple, la question "Et si l'option la moins favorable est la meilleure, quelle information me convaincrait?" vous pousse à chercher d'autres informations que celles mises en avant par votre biais de confirmation.
    La question "Si je n'étais pas déjà engagé dans l'une des options... est-ce que je continuerais à faire ce que je fais?"vous aide à réduire le biais de l'engagement.
     
    Et si le journal des décisions ne me permet pas de me décider entre plusieurs options?
     
    Je vous laisse avec Naval Ravikant qui recommande une heuristique intéressante: face à plusieurs options, prendre celle qui est la plus inconfortable sur le court terme.

    Article écrit par Julien du site Organisologie.com
    Pierre COCHERTEUX

    Comment je vous accompagne

    J’accompagne les Dirigeants d’entreprises de Grands Groupes, d'ETI, de PME ou de TPE dans le développement de leur stratégie Business de la création à la vente de leur organisation, avec les prestations suivantes : 
    Vous avez aimé cet article, commentez-le, partagez-le avec vos amis. Ils vous en seront reconnaissants. Dites-moi aussi dans les commentaires, les sujets d'articles que vous souhaitez me voir traiter dans ce blog.
    Crédit photos : pixabay.comunsplash.com ou alexandregodard.com
    Crédit dessin : Pierre COCHETEUX & Cyril Maitre
    Sources:
     
    ●      Le journal de la décision : Farnam Street / www.fs.blog/dj
    ●      Decisive - Chip & Dan Heath
    ●      Formation: Le stratège du site Organisologie
     
    Images:
     
    Unsplash.com