Les 4 phases du burn out

Comment identifier si je suis en burn out ?
Prévenir l’épuisement professionnel en comprenant les 4 phases du processus de la maladie.
Répondez à la question : comment savoir si je suis en burn-out ?

Le burn out, ou syndrome d’épuisement professionnel est un processus généré
 par le stress qui conduit à une maladie de longue durée. Comment l’éviter ?

Vous voulez sortir du burnout ou reconstruire votre activité professionnelle ?

John Doe UI/UX Designer

Comprendre le burn-out, ou syndrome d’épuisement professionnel et ses 4 phases.

Le burnout est une maladie à la mode, mais que, pourtant de nombreuses personnes méconnaissent. Parmi les professionnels qui arrivent en dans mon cabinet de consultation, beaucoup ne comprennent pas pourquoi ils en sont arrivés à l’épuisement.

Bien souvent, ils ont le sentiment de n’avoir rien vu venir.  Alexendre, un consultant spécialisé qui m’a consulté après avoir été rapatrié par les pompiers depuis son bureau :

«Je n’ai absolument rien vu venir. Je n’ai pas compris ce qui m’arrivait quand les pompiers ont dû venir me chercher sur mon lieu de travail. J’étais totalement épuisé et incapable de rentrer seul chez moi »

Le burn out, c'est quoi ?

C'est une maladie qui se caractérise par un état de fatigue accompagné par un désengagement dans les activités professionnelles et personnelles de la personne qui en souffre.

Mais c’est surtout un processus, plus qu’un état. Un processus plus ou moins long dans lequel s’enfoncent les personnes en situation de stress chronique.

Je m’explique, le burn out s’installe en plusieurs étapes, qui sont autant de phases à connaître et à reconnaître, pour être en capacité de l’éviter.

Même si cette maladie est aujourd’hui bien connue du grand public, elle continue pourtant de faire de nombreuses victimes chaque année.

D’après une étude réalisée par l’Union régionale des médecins libéraux d’Île-de-France en 2007 intitulée « L’épuisement professionnel des médecins libéraux : témoignages, analyses et perspectives » 
53% des médecins se sentiraient en danger de burn out.

De plus, la maladie touche également de plein fouet les dirigeants d’entreprise. Ils sont alors dans une situation souvent catastrophique, car ils estiment ne pas avoir le droit de montrer leurs faiblesses.

Souvent par peur que celles-ci signent l’arrêt de mort de leurs entreprises.

Pourquoi encore autant de victimes ?

Il y a probablement plusieurs réponses à cette question. Toutefois mon expérience professionnelle de l’accompagnement de personnes en situation de crise m’a permis de constater plusieurs points communs chez les personnes atteintes de burn out :

  • check
    Elles méconnaissent les différentes phases de la maladie
  • check
    Elles sont souvent dans le déni de leur souffrance
  • check
    Elles présentent depuis longtemps des troubles du sommeil,
  • check
    Elles disent : « n’avoir pas vu venir la maladie »
burn out

Pourtant, le burn-out n’est pas une maladie qui survient brutalement sans signes précurseurs dans la vie d’une personne. C’est un état qui s’installe progressivement selon d’un processus en plusieurs étapes.

Parmi ces différentes étapes, les spécialistes en distinguent principalement 4, que je vous propose de décrire dans cet article

Les 4 phases du burn out

La première étape où la phase d’alarme

Le stress apparaît tout d’abord par de petites tensions qui sont provoquées par des événements inhabituels, déstabilisants ressentis par le sujet comme une menace.

Ces tensions : troubles digestifs, manque de concentration, agitation, euphorie ou tristesse sont temporaires et disparaissent rapidement dès que leur cause est terminée. On parlera alors de stress aigü.

Dans la vie professionnelle, comme dans la vie personnelle, il arrive parfois que les situations perçues comme menaçantes pour le sujet durent.

Les symptômes se manifestent alors de manière récurrente et sur une période de temps relativement longue. Le stress aigü devient du stress chronique.

Symptômes :

  • fatigue récurrente,
  • troubles du sommeil ou de l’alimentation,
  • sentiment de tension,
  • irritabilité

Le stress chronique est le premier signal d’alarme qu’il faut apprendre à repérer pour éviter le burn-out. À ce stade, il est en effet encore possible d’inverser le processus.

Si la personne victime de stress chronique, ne prend pas le temps de se reposer et/ou de faire diminuer la source de son stress, la récupération deviendra de plus en plus difficile. De plus, le stress s’accumulera sur une durée longue.

C’est à cette étape qu’il est le plus facile de réagir :

  • Prenez du repos,
  • Identifiez les sources de stress
  • Mettez en place des stratégies pour les éliminer ou les diminuer.

Ce que vous devez faire

La seconde étape : la phase de résistance

​À force de s’habituer à un état de stress permanent, la personne entre dans une sorte de méconnaissance de son état.

Elle ne ressent plus les effets du stress, les réactions physiques d’alarme disparaissent progressivement. Le corps de la personne est en train de s’accoutumer à la souffrance qu’il finit par ne plus ressentir.

Durant cette phase, le corps de la personne se met à produire des hormones :

  • endorphines,
  • dopamine,
  • sérotonine,
  •  cortisol.

dont la fonction est de l’aider à résister à l’agression.

Cette phase se déclenche afin de permettre à notre organisme de compenser les pertes d’énergie liées au stress aigüe.

Une étape critique

La phase d’adaptation est une étape extrêmement critique du processus du burn out.  Durant cette phase la personne entre dans un déni du problème. Comme elle ne ressent plus les symptômes du stress, elle pense qu’elle va mieux !

Elle ne mettra donc rien en œuvre pour en sortir. Elle glissera progressivement vers la troisième étape, sauf si une personne de son entourage particulièrement attentive trouve les mots justes pour l’aider à prendre conscience de ce qui lui arrive.

Disposer d’un solide réseau social est ici un avantage considérable pour éviter de sombrer dans le burn out, car ce sont souvent les autres qui seront forces de proposition et d’alerte.

La troisième étape : la phase de rupture

Le corps de la personne atteint ses limites progressivement. C'est dans cette phase que les symptômes qui avaient disparu à la phase précédente réapparaissent avec d’autres qui sont nouveau :

  • Déni ou refus de voir les problèmes émergents,
  • Dépersonnalisation,
  • Modification du comportement,
  • Perte d’énergie,
  • Perte de l’envie et du goût d’entreprendre,
  • Retrait de la vie sociale, isolement,
  • Sentiment de perte de sens.

C’est probablement la phase la plus critique de l’installation de la maladie parce que, si la personne ne peut pas réagir ici, les conséquences sur sa santé s'exprimeront par des dommages irréversibles. Ils s’accompagnent de conséquences graves :

  • Arrêt de longue maladie,
  • Désocialisation,
  • ​Etc,
  • Incapacité à reprendre une activité professionnelle continue,
  • Perte de l’emploi.

Il est donc particulièrement important de réagir dès que l’on se sent stressé, fatigué, dans l’incapacité de se reposer ou de récupérer même avec une bonne nuit de sommeil ou après des vacances.

La meilleure option est ici de consulter rapidement son médecin traitant afin de mettre en place une stratégie de soins adaptée. Je recommande aussi de se faire accompagner par un professionnel psy, coach spécialisé dans la prise en charge du burn-out.

Pour obtenir de l’aide, vous pouvez consulter :

Phénix, réussir votre reconversion professionnelle ©

Pierre Cocheteux

Pierre COCHETEUX

Accélérateur de votre réussite

Enfin la quatrième étape : la phase d’épuisement ou Burn out

À force de n’avoir rien fait ou de déni, le système de défense psychique et physique de l’individu est épuisé et déréglé.

La personne entre alors dans une phase dépressive et vit dans une angoisse perpétuelle.

Il est ici trop tard pour réagir.

Seul un arrêt longue maladie de plusieurs mois, parfois même de plusieurs années accompagné d’un travail psycho-thérapeutique permettra à la personne de retrouver un équilibre de vie.

Cependant, il faut savoir qu’il restera des traces indélébiles du burn​ out dans sa vie ainsi qu’une fragilité plus importante au stress.

Vous voulez sortir du burnout ou reconstruire votre activité professionnelle ?

Conclusion

Contrairement à ce que décrivent la plupart des malades qui en souffrent, le burn out n’est pas une maladie qui apparaît brutalement dans la vie d’un individu.

C’est un long processus qui s’installe progressivement et au cours duquel la personne méconnaît les signaux d’alerte envoyés par son corps, et souvent par ses proches.

Le burn-out n’est pas une fatalité. Il est possible de l’éviter ou de faire régresser le processus. Ainsi, par exemple, si vous êtes en phase de rupture et que vous décidez de prendre le temps de vous occuper de vous, il est tout à fait possible d’inverser le processus pour repasser en phase de résistance, puis en phase d’alarme.

Il est même possible de retrouver la sérénité et d’apprendre à gérer le stress.

J’insiste sur le fait qu’il est particulièrement important de réagir au plus tôt en mettant en place une stratégie permettant à la personne stressée de se reposer, de récupérer et de s’éloigner de la source du stress pour éviter une longue maladie aux conséquences dramatiques.

Cet article a pour but de vous aider à identifier si vous êtes dans un processus risquant de vous mener au burn-out. Vous l’avez aimé et vous pensez qu’il peut être utile à d’autre, merci de le partager.

Vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis. Ils vous en seront reconnaissant.

Les autres articles :

- Le burnout, qu'est ce que c'est ?

Mes accompagnements pour les personnes en burnout :

- ​Phénix, réussir votre reconversion professionnelle   © est un programme pour les personnes souhaitant réussir une reconversion professionnelle après un accident de la vie.

  • - Objectif réussite © est un programme pour les personnes souhaitant transformer leurs rêves en réalité.
  • Pour en savoir plus 

    John Doe UI/UX Designer