Le philosophe qui n’était pas sage

Connaissez vous l’histoire de l’oisillon qui tombe du nid ?

Un oisillon tombe du nid alors que ses parents sont partis pour chercher de quoi nourrir la nichée.

Un paysan passant par là voit l’oiseau en difficulté et décide de le prendre, puis le place délicatement dans une bouse de vache bien chaude. Au moins là est il au chaud pense le vieil homme en s’en allant.

Un chat passant par là également, voyant à son tour l’oiseau, l’attrape et n’en fait qu’une bouchée.

Moralité :

Quand quelqu’un vous met dans la merde, il ne vous veut pas nécessairement de mal. Quand il vous en retire, il ne vous veut pas obligatoirement du bien.

Cette petite métaphore que me racontait ma grand mère lorsque j’étais enfant illustre parfaitement le nouveau roman de Laurent Gounelle : « Le philosophe qui n’était pas sage », chez Plon, 2012.

Un homme s’enfonce dans la forêt tropicale. Il est avide de vengeance. Son épouse y a trouvé la mort quelques mois auparavant, dans des circonstances mystérieuses, au retour d’une expédition dans un village d’indigènes vivants encore selon les us et coutumes des « peuples premiers ».

Comment ce peuple réagira t’il aux concepts de la vie moderne ?

Quelles sont vraiment les intentions de ce groupe d’étrangers venu apporter la bonne parole à cette petite communauté retirée du monde ? Qui sont les bons et qui sont les méchants ?

L’avoir comme source d’épanouissement personnel, la compétition comme moyen de mesurer son estime de soi, la religion comme moyen de mettre du sens, l’individualisme comme source de bonheur, etc …

Autant de questions sous-jacentes que Laurent Gounelle nous livre dans son style habituel : le conte métaphorique.

Un livre à lire et à relire absolument.

Vous avez apprécié cet article ? Laissez moi votre commentaire ci-dessous. J’offre le livre du mois aux meilleurs commentateurs. (n’oubliez pas de laissez votre prénom et votre mail).