Cet article participe au festival « à la croisée des blogs » qui est un évènement inter-blog mensuel, organisé par le site développement personnel.org. Ce mois-ci, c’est Dominique du blog « Projet changer de vie » qui en propose le thème, qui est « Comment atteindre ses objectifs de manière efficace ».

Eric Berne, le père Fondateur de l’Analyse Transactionnelle propose comme objectif ultime au travail sur soi le fait de s’offrir un « scénario de vie gagnant ». Devenir une personne gagnante c’est pour lui : « mener à bon terme la réalisation de mes projets, atteindre les buts que je me suis fixé dans la vie ».

Dans cet article, je présenterai rapidement le concept de « scénario de vie », puis je m’interrogerai sur quelques moyens à mettre en œuvre pour passer d’un scénario perdant, ou non gagnant, à un scénario gagnant. Enfin, je terminerai avec un exemple d’utilisation du concept de « méconnaissances ».

Qu’est ce que le scénario de vie ?

Le concept de scénario de vie est l’un des concepts centraux de l’analyse transactionnelle.  Ce concept permet notamment de comprendre ce qui arrive dans la vie d’une personne, comment elle se comprend, quelle vision elle a d’elle-même, des autres, du monde… mais s’il s’agit de l’un des concepts les plus complexes de l’analyse transactionnelle et aussi d’un concept que l’on peut aborder de différentes manières ou sous différents angles.

Pour faire simple, disons que le scénario est la trame de l’histoire de la vie d’une personne : ce que cette personne raconte d’elle-même au travers de sa vie. Berne le définit ainsi :

 Le scénario est :

  1.  Un plan de vie
  2.  qui vise à obtenir un bénéfice,
  3.  qui résulte de décisions scénariques prises dans l’enfance, qui sont renforcées par les parents,
  4. et qui est inconscient.

Comprenez que le scénario de vie est à la fois un contenu (ce qu’il y a dedans) et un processus (comment nous le vivons).

D’après les définitions proposées par Éric Berne, le scénario d’une personne peut-être classé en trois catégories :

  1. le scénario gagnant, (celui de la personne qui accomplit les buts qu’elle s’est fixée dans la vie),
  2. le scénario perdant, (celui de la personne qui n’arrive pas à mener à bien les projets qu’elle s’est fixée),
  3. le scénario banal, (celui de la personne qui traverse la vie sans prendre aucun risque et qui de ce fait ne gagne ni ne perd).

L’intérêt de la théorie transactionnaliste  est de penser que nous pouvons passer d’un scénario perdant ou banal, à un scénario gagnant.  Autrement dit, nous ne sommes pas condamnés à échouer, à condition bien sûr, d’accepter de se  remettre en cause.

Comment y parvenir ?

La première étape consiste à sortir de la méconnaissance quand à la direction globale de notre scénario de vie. En effet, nombre de personnes ne s’interrogent jamais sur la qualité de vie. Certaines se contentent même de se plaindre lorsqu’elles n’y arrivent pas ou lorsqu’elles rencontrent de la résistance ou de l’adversité, préférant accuser le monde et/ou les autres plutôt que d’accepter de se mettre elle-même en cause.

La première chose à faire pour arriver à atteindre ses objectifs de manière efficace est donc de commencer à se questionner pour savoir si de manière globale dans la vie j’y parviens, ou non.

Et si je constate qu’il m’est difficile d’atteindre mes objectifs, il me faut encore me questionner  pour comprendre pourquoi je n’y parviens pas. Quels sont les freins que je mets en place dans la vie et qui me protège du « danger de réussite » !

Ici encore l’analyse transactionnelle peut être d’une aide pertinente et efficace en proposant divers outils qui peuvent m’aider à avancer dans mon auto-analyse. En voici simplement quelques exemples : le concept de méconnaissance, celui des drivers et injonctions,  celui de position de vie, de jeux psychologiques ou encore la théorie des sentiments et émotions

Je vous en propose juste un exemple pour terminer :

Les méconnaissances :

Imaginons, que j’ai comme objectif : «  d’être en bonne santé ».

Si je tousse de temps à autre, qu’il m’arrive d’être essoufflé, ou de devoir m’arrêter lorsque je monte l’escalier, j’ai des signaux (symptômes) qui m’informent de l’existence d’un problème.  Certaines personnes préfèrent dire que tout va bien et que ce n’est pas grave, elles seront dans la méconnaissance des symptômes, celle qui est la plus grave. D’autres reconnaîtront l’existence des symptômes, mais diront qu’il n’y a pas de problème. Mais si cette méconnaissance est moins grave, elle est encore un frein important à la réalisation de l’objectif « être en bonne santé ». Enfin, une troisième catégorie de personnes  reconnaîtront qu’elles souffrent de symptômes, qu’elles ont un problème, mais diront qu’il n’y a pas de solution ou  qu’elles n’y peuvent rien. Ces dernières,  bien qu’ayant plus de chances d’atteindre leurs objectifs,  auront encore beaucoup de mal à y parvenir.

Nous voyons ici comment le concept de méconnaissance peut nous aider à nous questionner lorsque nous rencontrons des obstacles à l’accomplissement de nos objectifs. Ainsi je peux m’interroger pour savoir si je reconnais les symptômes de mon problème, si j’ai bien compris le sens de mon problème et enfin si je dispose d’options me permettant de le résoudre.

Conclusion :

Dans cet article, j’ai présenté rapidement le concept de « scénario de vie », en en donnant une définition ainsi que son contenu :

  1. Un plan de vie
  2.  qui vise à obtenir un bénéfice,
  3.  qui résulte de décisions scénariques prises dans l’enfance, qui sont renforcées par les parents,
  4.  et qui est inconscient.

Puis je me suis interrogé sur quelques moyens à mettre en œuvre pour passer d’un scénario perdant, ou non gagnant, à un scénario gagnant. A cette occasion j’ai proposé l’idée d’apprendre à me questionner pour savoir si de manière globale dans ma vie je parviens, ou non, à réaliser mes objectifs.

Enfin, je terminais par un exemple illustré d’utilisation du concept de « méconnaissance ».

N’hésitez pas à me laisser votre commentaire ci-dessous :

Pierre COCHETEUX.