Première partie : fondements théoriques

Ennéagramme ? Qu’est ce ? A Quoi cela sert ? Qu’est ce que cela peut m’apporter ?

Je vous propose une série d’articles ayant pour vocation de vous permettre de découvrir cet outil de développement personnel qui peut, je pense, vous aider à mieux vous connaître et à progresser en humanité.

L’Ennéagramme, c’est quoi ?

L’Ennéagramme est un modèle théorique qui permet de décoder la structure de la personnalité humaine. Comme tous modèle théorique, l’ennéagramme présente des avantages et des inconvénients.

Qu’est ce qu’une structure de personnalité ?

Tous comme nous possédons une colonne vertébrale qui permet à notre corps de tenir debout, nous possédons une colonne vertébrale psychologique qui assure une bonne adaptabilité de nos relations avec nous-même et avec les autres.

Pour faire simple, notre structure de personnalité correspond à la manière dont notre personnalité psychologique est organisée sur les plans conscients et inconscients à partir des expériences que nous avons accumulées depuis notre plus petite enfance.

Il existe de nombreux modèles de structures de la personnalité, ayant chacun des avantages et des inconvénients : le modèle principal est celui de la psychopathologie, c’est le plus utilisé par les professionnels de la psychologie humaine. Il existe des modèles utilisés en entreprises : le process model, les personnalités couleurs ou le MBTI par exemple. D’autres théories sont plutôt utilisées dans l’univers du développement personnel comme l’ennéagramme.

Pourquoi faut il utiliser ces outils avec prudence ?

Tout modèle théorique, quelle qu’il soit, est une simplification de la réalité, permettant de mieux la comprendre et de mieux l’aborder.

Il ne faut pas oublier que la subjectivité humaine est un univers complexe et différent d’une personne à l’autre. Il serait facile de tomber un peu rapidement dans la tentation de la facilité. Telle personne serait un ennéatype 2 ou 5 et telle autre un 3 ou un 9.

Or, un ennéatype n’existe pas. Il s’agit simplement d’une construction théorique que permet d’aborder plus simplement le fonctionnement d’un être humain. Le danger est donc d’enfermer un individu dans un modèle théorique qui du coup est forcément faux.

Une fois cette précaution prise, l’ennéagramme peut toutefois représenter un moyen intéressant pour apprendre à mieux se connaître.

Ennéagramme, vous avez dit ennéagramme ?

L’ennéagramme est donc un outil de compréhension de son propre fonctionnement.

Le mot ennéagramme vient de la contraction d’« ennéa » qui signifie neuf en grec et de « gramme » qui veut dire points. L’ennéagramme est donc une théorie de la personnalité en neuf modèles, ou énnéatypes qui décrivent neufs façons différentes d’être en relation avec les autres et le monde.

L’originalité de l’ennéagramme

L’outil conçoit la compréhension de la personnalité a partir d’un centre qui se déploie sur trois niveaux : un niveau corporel, un niveau émotionnel et un niveau physique.

L’un de ces trois niveaux serait, selon la théorie de l’ennéagramme la porte d’entrée de notre manière de comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Nous disposons donc de trois centres :

  1. Un centre physique (cerveau reptilien qui gère les automatismes),
  2. Un centre émotionnel,
  3. un centre intellectuel,

qui sont autant de portes d’entrées différentes pour appréhender le monde.

Nous avons chacun notre ordre de priorité pour aborder le monde :

  • les ennéatypes 8, 9 & 1, sont plutôt dans le centre physique,
  • les ennéatypes 2, 3 & 4 sont dans le centre émotionnel,
  • et les ennéatypes 5, 6 & 7 sont dans le centre intellectuel.

Dans le centre physique se trouve les énergies instinctive (la pulsion de survie), de mouvement (la pulsion d’action) et sexuel (la pulsion créatrice).

Nous disposons tous d’un centre préféré qui est celui qui sera utilisé de façon privilégiée, il se manifeste dans trois directions :

  • Direction interne : vers le centre de lui-même
  • Direction externe : appliquer aux autres et aux choses qui nous entourent
  • Double direction : interne et externe.

Ainsi chaque être humain possède en lui les trois centres instinctif, émotionnel et mental, mais il préfère utiliser principalement l’un d’entre eux.

  • La préférence pour un centre n’implique pas forcément son utilisation en permanence.
  • La préférence pour le centre instinctif génère une problématique autour de la colère ; celle pour le centre émotionnel une problématique à propos de l’identité ; et celle pour le centre mental provoque de la peur.

Une autre originalité du système de la théorie de l’ennéagramme est que celle-ci ne classe pas les humains en fonction de leurs comportements, mais plutôt en fonction des motivations qui sous-tendent ces conduites.

À suivre…

Pierre COCHETEUX, partenaire de votre bien-être au travail.

Je vous invite à partager avec moi dans les commentaires ci-dessous comment l’ennéagramme vous aider à mieux vous connaître.