Développer une vraie joie de vivre

« Nous sommes ici-bas pour rire. Nous ne le pourrons plus au purgatoire ou en enfer. Et au paradis, ce ne serait pas convenable » Jules RENARD

La joie est une émotion politiquement incorrecte. Les personnes joyeuses sont regardées par les autres comme des irresponsables ou des inconscients. Au mieux est-elle tolérée pour la sphère privée et encore sous réserve de ne pas trop l’étaler, car cela pourrait rendre les autres malheureux ou jaloux.

Dans cet article, qui est ma contribution à l’événement à la croisée des blogs, organisé ce mois-ci par Brice du blog Sourire au stress, je vous invite à découvrir la fonction de la joie dans le but d’apprendre à la cultiver.

Qu’est-ce que la joie ? À quoi sert-elle ?

La joie est cette petite lumière que nous portons au fin fond de notre être qui luit dans nos tempêtes intérieures et qui triomphe le plus souvent. Elle est cette énergie qui nous pousse en avant et qui nous rend capables de faire face à l’angoisse du vide et de la mort.

La joie est notre capacité à nous réjouir sans condition d’être et d’être vivant. Il s’agit donc, selon Nicolas Go (Docteur en philosophie à l’université de Paris X et musicien), dans son ouvrage « l’Art de la joie », du plaisir intense de se sentir en vie.

La fonction de la joie est donc de préserver en nous le désir de vivre et de vivre heureux.

La joie est une émotion très puissante, car elle persiste, malgré la souffrance. Elle nous garde relié avec les autres êtres humains et nous fait nous sentir en lien avec le monde.

C’est une émotion constructive et permanente. Elle est plus ancienne que toutes les autres émotions car elle nous vient du plaisir d’être vivant et ne dépend d’aucune cause extérieure. Elle est notre force vitale, car elle nous pousse à résister à la mort et aux pulsions autodestructrices. Enfin la joie est une émotion reproductible à l’infini.

Mais pourquoi diable perdons-nous parfois la joie ?

L’explication la plus crédible est que nous avons perdu le sens de la joie, ou plutôt que nous l’avons corrompue.

Comme le dit la chanson d’Alain Souchon :
« Oh la la la vie en rose
Le rose qu’on nous propose
D’avoir les quantités d’choses
Qui donnent envie d’autre chose
Aïe, on nous fait croire
Que le bonheur c’est d’avoir

De l’avoir plein nos armoires
Dérisions de nous dérisoires car… 
»

La société dans laquelle nous vivons nous fait prendre des vessies pour des lanternes et nous invite à croire que la joie serait liée au fait de posséder de nombreuses richesses. Et, paradoxalement, lorsque l’on accepte cette idée, on s’enfonce de plus en plus dans la peur et l’angoisse. Le plaisir de posséder est par définition instable car le plaisir lié à la jouissance d’une chose ou d’un privilège crée intrinsèquement la peur de le perdre.

Or la vraie joie n’est pas liée à un « Avoir », mais bien plutôt à l’ »Être ». La joie provient du plaisir d’être vivant. Nous oublions souvent très vite combien « être » vivant est un miracle permanent, sauf lorsque l’on est confronté à la mort.

Comment cultiver la joie ?

La joie est un sentiment qui s’entretient et se cultive.

Pour cela, il est d’abord important de se reconnecter avec le plaisir de se sentir « Vivant ». À quand remonte la dernière fois que vous avez rendu grâce d’être vivant ? Je vous propose à partir d’aujourd’hui, de vous arrêter quelques minutes dans la journée pour simplement « goûter » au plaisir de vous sentir vivre.

Prenez le temps, chaque jour, de prendre conscience de l’ensemble des points positifs de votre vie, même lorsque tout va mal.

L’une des erreurs les plus courantes consiste à penser qu’il faut faire disparaître la souffrance pour pouvoir enfin être joyeux. Or justement c’est la joie qui est la seule puissance capable de déloger la souffrance.

Conclusion

La joie est une force intérieure capable de soulever des montagnes et de nous faire triompher des crises les plus fortes, sous réserve de ne pas se tromper de chemin. La joie ne nait pas de l’avoir mais bien plutôt du plaisir d’Être.

Je vous invite à partager avec moi dans les commentaires ci-dessous vos prières de gratitudes envers la vie en remerciement du plaisir d’être vivant.

Pierre COCHETEUX, partenaire de votre bien-être au travail.

(Les commentaires sont modérés, il peut y avoir un temps de latence entre le dépôt de votre commentaire et l’apparition de celui-ci sur le site).