Sous toutes nos pensées se cachent nos croyances, comme le voile ultime de notre esprit.

Antonio MACHADO.

Saviez vous que ce ne sont pas les événements de notre vie qui nous influencent le plus, mais bien nos croyances ?

Ainsi une personne qui croit qu’elle n’est pas aimable, aura probablement beaucoup de mal à se faire respecter par les autres. Une personne qui est persuadée d’avoir de la chance réussira mieux qu’une autre ayant la croyance qu’elle n’en a pas.

Je vous propose cette semaine un exercice pratique dont le but est de vous aider à prendre conscience de vos croyances afin de modifier vos croyances limitantes en de nouvelles croyances qui vous aideront réellement dans votre vie.

Pour commencer cherchons à comprendre ce qu’est une croyance ?

Une croyance est une généralisation ou un présupposé que notre esprit considère comme vrai et dont il se sert comme d’une règle qui détermine ce que nous devons faire ou ne pas faire pour nous sentir bien. En fait une croyance est un raccourci que notre cerveau utilise pour nous aider à construire une certitude à propos des conséquences de nos actes ou des faits.

Quelques exemples de croyances :

  • Je suis un bon professionnel
  • Je suis un mauvais amant
  • Je n’ai pas de chance
  • Je réussis tout ce que j’entreprends…

Pour prendre conscience de vos croyances je vous propose de mettre par écrit les réponses à cette question :

Que doit-il se produire dans votre vie pour que vous soyez heureux ?

Une fois que vous aurez réalisé cet exercice, je vous propose de faire un tri dans cette liste de la manière suivante. D’un coté mettez les croyances qui ne dépendent pas de vous et de l’autre celles qui ne dépendent que de vous, comme ceci :

  • Ce qui ne dépend pas de moi :
    • Pour être heureux, il faut que les autres reconnaissent mes compétences professionnelles,
    • Pour être heureux, il faut que mes enfants m’aiment…
  • Ce qui dépend de moi :
    • J’éprouve du plaisir chaque fois que je profite de la vie,
    • Je me sens compétent chaque fois que je mets en œuvre ce que j’ai appris.

Puis reprenez la liste des croyances qui ne dépendent pas de vous et reformulez les, de sorte qu’elles ne dépendent plus que de vous, comme ceci :

Remplacez par exemple : « Pour être heureux, il faut que mes enfants m’aiment », par « j’éprouve du bonheur chaque fois que je passe du temps avec mes enfants ».

Il ne vous restera plus qu’à associer à vos nouvelles croyances des images positives régulièrement pour les ancrer définitivement dans votre vie d’aujourd’hui.

Pierre COCHETEUX, PTSTA P.