Burn out, épisode 2

Dans la première partie de cet article, je vous proposai les cinq premières stratégies à mettre en œuvre pour sortir du Burn out ou pour l’éviter.

Dans cette seconde partie, je vous propose quatre nouvelles stratégies : se méfier de la surcharge de travail, apprendre à dire non, développer vos ressources personnelles et trouver d’autres sources de satisfaction.

Se méfier de la surcharge de travail

L’une des causes du syndrome d’épuisement par le travail est l’accumulation progressive de surcharge de travail.

Dans un cadre de crise économique, il est tentant pour les entreprises de solliciter toujours plus les salariés en poste, afin de pallier à des départs non remplacés ou à des suppressions de postes.

Au delà du raisonnable, toute surcharge de travail produira du stress chez les salariés concernés. Avec le temps, ce stress aura un impact désastreux non seulement pour les salariés, mais aussi pour l’entreprise : épuisement professionnel (burn out), arrêt maladie, dépression, accident du travail, tentative de suicide, etc.

Comment se protéger de la surcharge et du burn out

Le code du travail impose à tous les employeurs de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. C’est l’article L 4121-1 du code du travail qui dit : « L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé, physique et mentale des travailleurs ».

En cas de non respect de cette loi par votre employeur, vous pouvez réclamer en justice la condamnation de votre employeur et éventuellement solliciter la rupture de votre contrat de travail aux torts de l’employeur (arrêt de la chambre sociale de la Cour de cassation du 28 mai 2013 n° 12-12.862).

Apprendre à dire non

Un moyen efficace pour se protéger de la surcharge de travail est d’apprendre à dire « Non ».

Dire « Non » n’est pas un signe de rébellion, ni un manque de respect, mais un gage de qualité.

La plupart des personnes qui ne savent pas dire non finissent souvent par se mettre dans des situations désastreuses et perdent au final toute crédibilité professionnelle. Je vous invite à relire l’article « Ils ne savent pas dire non » que j’ai publié sur mon blog les secrets de pierre COCHETEUX.

Développer vos ressources personnelles

La capacité à faire face au stress s’améliore lorsque l’on prend soin de soi et que l’on dispose de ressources personnelles pour y faire face.

Pratiquer la méditation pleine conscience régulièrement, faire du sport, voir des amis, avoir des activités de loisirs comme la poterie, la peinture, le cinéma… sont autant de moyens de se ménager des espaces de liberté et de récupération.

Prenez-vous assez soin de votre corps en le nourrissant correctement ? Dormez-vous au moins 6 à 7 heures par nuit (ce qui correspond en moyenne au besoin de sommeil d’un adulte)? Prenez-vous régulièrement des congés ?

Trouvez d’autres sources de satisfactions

Lorsque j’accompagne des professionnels en situation de crise à cause de leur travail, je suis souvent surpris de constater combien pour eux, leur projet professionnel a pris toute la place dans leur vie.

Votre projet professionnel est-t-il encore au service de votre projet de vie ? Où est-ce votre projet de vie qui est devenu l’esclave de votre vie professionnelle ? Si c’est le cas, vous avez un sérieux problème.

Il est nécessaire de remettre les choses dans l’ordre et de retrouver d’autres sources de satisfaction et de reconnaissances que votre travail.

J’aimerais vous solliciter pour conclure.

J’entends déjà les « Oui mais » arriver à grands pas :

« Oui mais je ne peux pas dire non à mon employeur, il va me virer ». « Oui mais, je ne sais pas quoi faire de mon temps libre ». « Oui mais, je n’ai pas le temps de bien dormir ou de prendre un petit déjeuner le matin »…

Alors je vous invite à me faire part, dans les commentaires ci-dessous, de vos difficultés dans la mise en œuvre de ces neufs stratégies afin que je puisse dans un prochain article vous proposer des options ou des conseils au plus près de vos problèmes.